Time-turner-1914
Bienvenue sur Time Turner 1914. Le forum vient d'ouvrir ses portes, n'attendez plus pour vous inscrire !



 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenu sur TIME-TURNER 1914, Inscrivez-vous pour du plaisir assuré !!

Partagez | 
 

 Rencontre au hasard d'un café ..{FEAT Antoine Evans&Mélorine Dowel}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thomas March

avatar

✔ nombre de messages : 140
✔ date d'inscription : 23/08/2011
ϟ baguette : bois de merisier - 24,5 cm - cheveu de Vélane

MessageSujet: Rencontre au hasard d'un café ..{FEAT Antoine Evans&Mélorine Dowel}   Lun 29 Aoû - 2:08


Je viens de nul part, mais puis être partout, Je voyage plus loin que tout aventurier, Souvent vous m’avez rencontré,
Mais sans jamais me voir.

Qui suis-je ?




Tu en avais vraiment marre des crétins qui détruisaient ta vitre au moins une fois tous les deux jours ! Cette vitre, cette pauvre petite vitre, avait-elle demandée qu'on l'émiette ? Non ! Tu en avais la rage au ventre, tu avais encore une fois oublié de mettre un sortilège de protection sur toutes tes vitres et tu t'en voulais tellement. Mais bon, tu n'allais pas faire un drame pour un malheureux carreau, enfin ça restait à voir. Tu étais tellement plongé dans tes documentations que tu n'avais remarqué le carreau cassé qu'après une ou deux heures de pluie intensive comme il y avait l'habitude d'avoir sur Londres l'après midi. Les conséquences ? Des précieux papiers de recherches sur les énigmes complétement inutilisables tellement l'encre avait bavé. Une encre acheté bon marché sur le chemin de traverse à un brocanteur peu sûr de lui ...




Quel gâchis... Tu étais vraiment nul de ne t'aperçevoir de rien ! Ca te mettait dans une colère monstre, tu tournais en rond chez toi, devant la fenêtre cassée. Ces ..Hooligans, ils n'avaient vraiment aucun respect pour les affaires d'autrui ! Oh non, ce n'était pas ces pauvres moldus qui étaient en cause ici, tu en étais sûr. Même si les sorciers sont pas du genre à lancer des caillous, là tu étais sûr et certain qu'ils s'agissaient bien deux. D'ailleurs, ils rôdaient encore autour de chez toi. Tu ressentais leur présence comme une odeur écoeurante de sang. C'était des êtres abjects sans aucun sens moral... Ils te dégoûtaient, eux et les membres de la SAM. Toutes organisations secrètes ne valaient pas la peine d'être crées, de toute manière, à tes yeux. C'est eux qui gâchaient tes travaux à chaque fois que tu partais sur un autre continent. Ils étaient toujours présent, à la recherche de la moindre découverte qui pourrait les rendre plus important que les autres associations secrètes.

Il fallait que tu ailles passer tes nerfs ailleurs que chez toi, oui tu devais sortir, sinon ton tempérament d'ordinaire calme allait vite se transformer en humeur massacrante. Tu ne savais pas vraiment où aller.. Peut être acheter un nouveau carreau et quelques serpillères pour éponger toute l'eau qui s'était écoulée sur le carrelage de ton appartement. Tu sourias en pensant acheter aussi une nouvelle encre... Alors, tu te dirigeas vers le vestibule et tu pris un long manteau pour éviter d'être complétement trempé. Il était noir, ce qui te permetterait de passez presque icognito face aux hordes d'hooligans qui trainaient dans la rue près de chez toi. Tu ne pris pas de parapluie, tes cheveux courts se séchaient assez vite, alors tu remontrerais juste ton col assez haut pour ne pas que la pluie s'infiltre dans ton dos . Tu sortis enfin de chez toi...

Dehors, tu entendais des hurlements, à peine la première marche de ton entrée descendue. Des cris de femmes, ou des aboiements de chien. Tu ne savais même plus la différence entre un cri de révolte et un hurlement de terreur, tellement les deux étaient devenu si proches. Tu crous ? Mais pourquoi cours-tu ? Aurais-tu remarquer que les hooligans t'ont vu partir de chez toi, l'air de rien ? Oui, ils te suivent. Tu le sais car c'est toujours leur abominable odeur qui te permet de les repérer. Que vas-tu faire ? Tu n'as commencer à prier le ciel pour qu'ils t'oublient. Mais tu sais que tu rêves; Ils sont juste à quelques pas de toi. Tu ne te retournas pas, mais tu mis la main sur ta baguette, prêt à toutes éventualités. Leur souffle, tu pouvais le sentir, il était perfide et âcre. C'était répugnant de savoir que tu allais te battre contre ça...




Tu te retournas aussi vite que tu le pus. Ils étaient quatre contre toi. Aucun d'entre eux n'avait eu la moindre chance de prévoir ton attaque surprise. Après un expelliarmus et un petrificus totalus, les deux autres ne mirent pas longtemps à comprendre que tu étais un sorcier et non pas un simple moldu. Tu leur faisais peur, ils étaient effrayés de te voir les menacer avec ta baguette. Ils ne savaient pas si oui ou non tu allais les tuer avec un des trois sortilèges impardonnables. Mais ils ne prirent pas la peine de prendre leur temps pour connaître la reponse. Tu réussis à te protéger des sortilèges qui déferlèrent sur toi, puis tu ripostas, en évitant de glisser dans une flaque d'eau, ce qui te ferait sûrement perdre le combat. Tu les trouvais totalement ridicule et une fois tous désarmés ou assomer, tu leur crias dessus pour qu'ils décampent le plus vite possible de ta vue. Tu rangeas pas la suite ta baguette et tu continuas ton chemin ...

Tu n'entendais à présent plus que tes pas sur l'asphalte trempée par la pluie qui continuait de tomber sur Londres. Les rues étaient loin d'être désertes, mais personne ne prenait le temps de s'arrêter de peur de finir totalement mouillé; Il ne te restait que quelques pas avant d'atteindre la porte du chaudron baveur, ce vieux pub reliant le monde moldu au chemin de traverse. Tu traversas Charling Cross Road, en évitant de justesse une voiture tirée par deux chevaux, puis tu poussas la porte du bar en réveillant le peu de monde qui se trouvait à l'intérieur. Tu essuyas tes pieds sur le paillasson de l'entrée et tu t'avanças refermant la porte derrière toi. Tout le monde te regardait, mais tu t'en fichais, car tu devais te rendre là où tous les sorciers depuis des siècles se rendaient pour leur achat ou pour leur plaisir de se retrouver qu'entre eux. Tu passas une porte derrière le bar et tu te retrouvas devant le mur qui mène au chemin de traverse...

Quelques coups par ci par là et tu y étais enfin. Sur ce bon vieux chemin de traverse. Tu étais étonné de n'y voir personne ou presque, car il y avait toujours les marchands ambulants. Tu avais alors marché jusquau café qui était situé entre Eeylops, le royaume du hibou et le glacier Florian Fortarôme. Tu aimais beaucoup leur parasol de toutes les couleurs, mais vu le temps, aujourd'hui tu allais rester à l'intérieur. Et c'est ainsi que tu te retrouves maintenant dans ce café. Tu a envie d'appeler la serveuse, mais elle semble trop occupée avec quelqu'un d'autre. Tu devrais te lancer, en plus, elle est plutôt mignonne. Mais tu n'as même plus le temps d'hésiter, car le jolie sorcière se dirige vers toi et te demandes calmement ce que tu veux prendre. Tu lui fais ton plus beau sourire, charmeur va, et tu lui demandes un café au lait d'hippogriffe, accompagné d'un cookie multicolore. Elle te sourit et te répondit que tu seras servit dans quelques minutes, avant de t'aperçevoir que tu connais quelqu'un dans ce café..




C'était une tête assez familière, car tu avais fait de nombreuses découvertes grâce à cet homme. Mais il ne semblait pas être seul, à côté de lui se tenait une femme, ayant une chevelure rousse étincelante et un regard d'un vert incroyable. Tu te laisses un peu aller, tu la fixes depuis tout àl'heure... Puis tu te rends compte que ce n'est pas digne d'un gentleman. Tu retires ton manteau, le poses sur le dossier de ta chaise et tu te lèves pour aller dans leur direction. L'homme a qui tu t'apprétes à adresser la parole n'a pas daigné te regarder une seule fois, même pas que tu es rentré dans le café. Peut être t'a-t-il oublié ? Ca ne t'étonnerait pas, vu l'époque à laquelle date votre première rencontre. Tu te souviens qu'il t'avait offert des documents secrets qui se trouvaient dans la réserve de livre de son école, un école bien connu de tous, Poudlard..


-Bonjour, monsieur le directeur, dis-tu en te prosternant légèrement. Bonjour, mademoiselle, ajoutas-tu en souriant à la belle femme. Je ne pensais pas vous croiser dans un endroit pareil à cette heure de la soirée...finis-tu par dire dans un sourire.

L'imagination ...

*****************************


Invité , laisse moi te poser une question...


Dernière édition par Thomas March le Dim 18 Déc - 17:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélorine Dowel

avatar

✔ nombre de messages : 28
✔ date d'inscription : 30/07/2011
✔ âge : 33

MessageSujet: Re: Rencontre au hasard d'un café ..{FEAT Antoine Evans&Mélorine Dowel}   Lun 29 Aoû - 16:13

Mélorine venait de s’installer dans un charmant café du chemin de Travers en compagnie d’Antoine Evans, Directeur de l’école de sorcellerie Poudlard...

*Plus tôt dans la journée, elle avait reçu un hiboux, venant du directeur Evans, qui l'inviter a le rejoindre au chemins de travers, pour boire un coup et discuter des derniers détails de son entrée en temps que membre du personnel de Poudlard.
Elle regarda a la fenêtre : un pluie battante s'abattait sur Londres...
Elle passa un pull vert sombre léger par-dessus son vêtement, enfila sa cape de sorcière, prit son sac, et s'avança au lieu de rendez-vous, pour pouvoir faire quelques emplettes avant l'heure dite.
Elle passa d’abord a l'apothicaire, chercher quelques extrait de belladone, et les épine de porc-épic qui lui manquer pour sa dernière potion en cours.
Comme l'heure tournait, elle payait, et se rendit près du Royaume du hiboux ou elle croisa Antoine.
Apres quelques échange de politesse, ce dernier l'invita a se mettre a l'abris dans un lieu moins humide...*

Ils étaient ici pour parler des derniers arrangements et paperasserie pour ses contrats de travail. Elle connaissait Antoine depuis quelques temps déjà, et celui-ci avait accordé un poste à la jeune femme avec plaisir. Restait les démarches administrative à réglée.
Elle était enfin prête à prendre son poste d’infirmière à l’école de sorcellerie.
Devant son chocolat a la cannelle, elle discuté tranquillement avec son ami, et directeur, Antoine. Elle se pencha vers son sac, pour ranger ces papiers, et cogna légèrement une des serveuses.
_Excusez-moi !

_Ce n’est pas grave Mademoiselle.

Elle remonta ces cheveux légèrement mouillé à cause de la pluie avec un pic en bois, pour éviter que des gouttes lui tombent dans le dos.
Elle allait relancer la discussion avec son interlocuteur quand un jeune homme viens saluer ce dernier, tout en adressant un charmant sourie a Mélorine.


_Bonsoir
; Elle inclina légèrement la tête pour saluer le nouvelle arrivant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine Evans
Antoine ♦Directeur de Poudlard♦
avatar

✔ nombre de messages : 181
✔ date d'inscription : 25/07/2011
✔ âge : 35
ϟ baguette : /

MessageSujet: Re: Rencontre au hasard d'un café ..{FEAT Antoine Evans&Mélorine Dowel}   Mar 30 Aoû - 20:34


Mélorine & Thomas & Antoine



Rencontre au Hasard'
* Londres, de la pluie battante, jours après jours, cette ville pouvait être merveilleuse, mais tout était toujours gâcher par cette pluie. En ce mardi, près de 10 heure du matin, j'étais dans le charmant bureau des directeurs qui ont dirigé l'école de sorcellerie Poudlard. Eh oui, c'était a mon tour de faire mener l'ordre dans cette école, nous étions encore bien loin de la rentrée mais déjà j'avais engager quelques professeurs ou membres du personnel, je devrais dire. En ce sens, une de mes amis très proche Mélorine, avait eu le poste d'infirmière, et je savais on fond de moi qu'elle avait les capacités pour avoir ce poste même en temps de guerre.

En parlant de cette malheureuse guerre qui affectait les moldus, j'avais choisis un parti, soit l'Ordre ou la SAM, et oui peut-être c'était mal vue mais secrètement, j'étais dans la SAM, comme adjoint de cette dernière, vue mon poste, je n'ai rien contre les nées moldus, mais contre leurs parents, oui, évidement, je sers d'intermédiaire dans cette ''guerre'' car nombreux des professeurs de Poudlard se disent appartenir a l'Ordre, quand à moi je m'abstiens de tout commentaire.

Bref, j'avais envoyer un hiboux à Mélorine, histoire que cette dernière soit au courant de tout ce qui se passerait à l'école, elle était comme ma seconde pour l'instant, et en fait, je voulais avoir un avis sur mon travail, et je savais que Mélorine allait être franche peu importe notre amitié, ainsi voici la lettre ! :

- Ma chère Mélorine, j'aimerais t'inviter prendre un café avec moi, ce soir pour discuter des derniers arrangements et tout ! Au plaisir de vous voir... Antoine Evans

* Ainsi je me dirigea au chemin de travers, croisant Mélorine à une boutique, et l'invitant finalement à venir se mettre à l'abris, nous rentrons dans la batisse qui semblait plûtot pleine, regardant quelques personnes, reconnaissant une personne, je fis semblant de ne pas le remarquer poussant Mélorine devant moi pour que cette personne ne me remarque pas. *

- Alors cette place te convient ?! Je vais faire venir la serveuse... Madame !?

* Eh merde l'autre gars vint les rejoindre je ne pus m'empêcher de faussement sourire après tout il le salua avec une certaine politesse et qui sait, avait t'il réussi, mais il y a de cela longtemps, pour l'instant voyon voir la suite. *

- Ahah, eh bien nous ne faisons que discuter, c'est bientôt la rentrée après tout, mais comme je suis impoli, vous voulez vous joindre a nous ?!

* Je venais peut-être de signer mon arrêt de mort, pourtant je lui faisais confiance, oui je dis ça en gardant ma main discrètement sur ma baguette mais bon si il voulait m'attaquer il l'aurait déjà fait, je me contenta de sourire et d'espérer un mauvaise réponse de sa part *




*****************************

~Même avec un miroir, je refuse de te partager~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas March

avatar

✔ nombre de messages : 140
✔ date d'inscription : 23/08/2011
ϟ baguette : bois de merisier - 24,5 cm - cheveu de Vélane

MessageSujet: Re: Rencontre au hasard d'un café ..{FEAT Antoine Evans&Mélorine Dowel}   Dim 18 Déc - 17:08

Il n'y avait rien de plus hideux que la fausse joie. Tu n'aimais pas vraiment qu'on se fiche de ta tête en te souriant, tout en se méfiant de toi. Mais après tout, ça restait une conversation polie, entre plusieurs adultes;.Rien de trop grave encore pour rétorquer quelques mots d'ironie. En plus de cela, tu savais que tu dérangeais les deux comparses. Ils étaient sûrement venu s'aérer un peu l'esprit avant la prochaine rentrée. Ce n'était plus très loin avant que les élèves ne débarquent dans la salle principale, se fassent répartir dans les différentes maison, quatre en tout et envahissent les salles de classe où les professeurs les attendaient impatiemment. Tu n'avais de toute façon pas plus envie que ça de discutait avec le directeur de cette école qui t'avait pourrie la vie.

Tu le savais, dès le premier jour, dès la première minute, la première seconde dans cette école... Ta vie allait être pourrie par une bande de crétin, tous réunis les uns avec les autres contre toi et toi seul. En même temps, tu avais un air si pitoyable. Tu étais trop gentil, trop mignon, trop ...trop tout quoi ! Un vrai écoeurement de bonnes volontés s'échappait de tes grand yeux émerveillés par tout ce qui t'entourer. Et on t'avait accroché l'étiquette de bouc émissaire de Poudlard. Même tes professeurs avaient finit par trouver drôle le fait que l'on te noie dans les toilettes des garçons. La tête la première dans l'eau souillée par l'urine et les excréments de tes "camarades". Il n'y avait pas d'époque plus humiliantes pour toi que ces années là...



C'est pourquoi au bout de ta quatrième année de misère, tu avais voulu mettre fin à cette horreur... Mais, tu t'es avéré assez intelligent pour ne pas penser au suicide magique. Non toi, tu ne voulais pas faire dans le banal mais dans l'original ! Alors tu as décidé de ne plus jamais te laisser faire ! C'est pourquoi, pendant un moment, tu es resté tous les jours cloîtré à la bibliothèque pour apprendre encore et encore. Jusqu'au jour où tu savais. Il n'y avait qu'une évidence, il fallait que tu combattes le mal par le mal. Ainsi, après des années de labeurs, tu devins à ton tour celui qui martyrise les autres sans aucune gêne. Ils ne méritaient aucune pitié, tu devais leur faire payer tout se que tu avais garder sur ton coeur depuis 4 longues années...

Mais tu n'étais pas si mauvais, ou dis plutôt que tu n'avais pas assez de cran pour faire souffrir correctement les autres. C'est pourquoi tu fis quelques trucs simplement pour te forger une réputation de celui qu'il ne fallait pas provoquer, avant d'arrêter définitivement de faire du mal aux autres. Tu étais quelqu'un de bon après tout et de très studieux. Cette épreuve t'avais permis de découvrir enfin pourquoi ta maison avait été Serdaigle. C'est pourquoi à la suite, tu avais obtenu toutes les meilleurs notes de toute l'école aux buses et aux examens quotidiens. On ne te voyait plus que pour l'heure des repas, et encore ! Tu étais vraiment un garçon travailleur au point d'en passer des nuits entières ...



C'est comme ça que tu avais raté ton éducation amoureuse ! Pendant que d'autres fleurter à s'en rompre le coeur et le corps, toi tu bouquinais.. Quelle déception, tu étais vraiment un garçon anormal ! A cet âge tu aurais déjà du avoir de nombreuses conquêtes avec le corps de rêve que tu possédais. Oui, car ton corps et ton visage n'étaient absolument pas repoussant ! Loin de là ! Mais derrière tes lunettes, en forme de fond de bouteille, peu de filles pouvaient s'en rendre compte.. Tu n'as jamais eu de petit amie pendant tes années de Poudlard, il aura fallu que tu attendes tes années d'université et une certaine fête un peu trop alcoolisée, pour laisser court à ton sexe-appeal...

Mais aujourd'hui, tu étais un homme épanoui ! Tu étais toujours célibataire, mais tu n'étais pas ignorant de ce qu'était l'amour, grâce à de nombreuses demoiselles aux romances un peu trop volages à ton goût de gentleman. De toute manière, tu le vivais plutôt bien, ça te laissait une certaine liberté et du temps pour te laisser passer des heures et des heures à réfléchir sur des énigmes au lieu de partager de purs et beaux moments avec une personne que tu aimes et qui t'aime, qui ferais tout et n'importe quoi pour que tu te sentes un minimum heureux. Vraiment, tu n'en avais pas besoin de tout cet amour à l'eau de rose ... tes lettres et tes manuscrits suffisaient, normalement, amplement à ton bonheur quotidien.

Mais tu n'étais pas là pour divaguer plus longtemps sur ta vie. Il y avait deux personnes, sûrement plus censées, en face de toi, qui attendez une réponse de ta part. Mais la phrase sous-entendait que tu n'étais pas vraiment le bienvenu à leur table. De toute manière, tu n'allais pas attendre si longtemps avant de recevoir ce que tu avais précédemment commandé à la jolie et sympathique serveuse du café. C'était dans cet endroit qu'il faisait, d'après toi, les meilleurs cookies multicolores ! Tu adorais ces friandises un peu particulières, qui te rappelait le seul bon moment de ton enfance, quand tu rentrais à la maison et que ta chère mère t'attendait après avoir passé l'après midi à te préparer tes cookies préférés.


"Non, je ne veux absolument pas vous dérangeais..." dis-tu en souriant sincèrement. " Je crois que vous avez des choses à vous dire entre vous qui ne me regarde pas et je préfère ne pas m'y mêler pour la plus grande tranquillité de tous. " ajoutas-tu en regardant la jeune femme dans les yeux, puis en lui souriant avant de recroiser le regard du jeune directeur de Poudlard. " En plus, j'ai l'impression que je crée chez vous une sorte de tension, vu que votre main est accrochée à votre baguette... Je me trompe monsieur ?" lui demandas-tu avec ironie, en croisant tes mains dans ton dos, en te basculant un peu d'avant en arrière.

Tu voulais retourner à ta place et en même temps tu voulais rester. Car tu sentais que le jeune directeur n'était pas tout à fait serein. Son comportement présagé quelque chose de bizarre que tu ne saurais décrire. Et comme tu aimes les énigmes et les devinettes, tu décidas de rester un peu plus longtemps au près d'eux avant de retourner à ta table, afin d'étudier un peu plus les agissements de ce cher directeur de Poudlard. Tu avais entendu quelques ragots comme quoi il serait partisan d'une des organisations secrètes qui semaient le trouble dans Londres et dans le monde des sorciers en ce moment même. Mais tu n'oserais jamais le lui demander ça... tu savais que trop bien, que ces personnes là étaient irritables et franchement malhonnêtes...

C'était donc ça le triste sort de la gloire des sorciers ? Quelques organisations qui contrôleraient tout sur le passage, détruisant vie après vie, moldu ou non... C'était totalement immoral ! Tu trouvais ça répugnant et tu ne le dirais jamais assez. Ton tempérament calme et serein se sentait troublé par les morts qui commençaient à s'entasser devant ta maison. Tu n'osais pas les regarder, tu fuyais leur cadavres du regard. C'était tellement triste... tout se sang et cette chair gisant en plein milieux du caniveau, c'était, d'après ton impression, tout ce que voulait faire les hooligans des moldu encore vivant dans cette vieille ville Anglaise...



Tu savais toi, que dans le monde, tout les sorciers ne parlaient plus que de ces évènements. Mais les moldus eux, ne se doutaient de rien, pour eux, c'était le début de la guerre nazie. Une guerre mondiale pour laquelle personne ne pensait vraiment y participer et finalement ils y étaient tous encrés bien profondément.. Cette guerre était-elle vraiment justifiée ? Tu t'en posais encore la question et personne ne savait y répondre. Tu avais déjà tout prévu de ton côté, des choses et autres trucs pour survivre à d'éventuelles attaques venues d'ailleurs; Tu étais un sorcier certes ! Mais tu étais loin d'être immortel ! Le feu, les armes, tu y étais aussi sensible qu'un simple moldu, tu avais juste plus de chance d'y survivre avec un bon protego.

Tout avait commençait le 28 juin dernier. L' assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d’Autriche-Hongrie était tombé comme une pierre dans les nouvelles du monde actuel. C'était un attentat, perpétré à Sarajevo par des jeunes nationalistes serbes, c'est jeunes étant des sorciers Hooligans ! Cet évènement s'était inscrit dans les esprits de chacun. Les peuples slaves, sorciers comme moldus, soutenus par la Russie, s’opposaient à la domination austro-hongroise et à la prolifération d'une génération d'être mi-sorcier mi-moldu. En représailles à ce meurtre, les moldus dirigeants de Vienne adressèrent un ultimatum à la Serbie sorcière le 23 juillet et lui déclara la guerre le 28....



Mais pour les moldus du commun des mortels, c'était un simple règlement de compte entre pays qui ne se supportaient plus et très rapidement, le 3 Août dernier l’Allemagne déclara la guerre à la France, plongeant en quelques jours, presque toute l’Europe dans la guerre. Demandant aux armées britanniques d'essayer de faire reculer l’offensive allemande. On était à présent milieu d'Août et on ne savait absolument pas ce que nous présageait l'avenir de cette funeste guerre, peu comprise par les non-sorciers...

Mais revenons à nos moutons ! La serveuse t'avais sortie de tes pensées en faisant trinquer entre eux la tasse et l'assiette qui portait ton cookie, lorsque cette charmante femme posa tes délicieuses friandises sur ta table bien sagement.. Tu pris ta tasse, comme un gentleman et souris aux deux personnes en face de toi, levant ta tasse pour trinquer avec tes convives, avant de prendre une gorgée de cette agréable boisson chaude, coulant le long de ta gorge, avant de lancer un soupir de soulagement et de leur sourire de nouveau, attendant des réponses à tes précédentes questions.

*****************************


Invité , laisse moi te poser une question...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine Evans
Antoine ♦Directeur de Poudlard♦
avatar

✔ nombre de messages : 181
✔ date d'inscription : 25/07/2011
✔ âge : 35
ϟ baguette : /

MessageSujet: Re: Rencontre au hasard d'un café ..{FEAT Antoine Evans&Mélorine Dowel}   Mer 21 Déc - 4:38

* Premièrement, un étranger qui arrive près d'une table de deux sorciers étaient toujours quelque chose d'un peu inhabituel. C'est pourquoi j'avais ma main sur ma baguette. Le Pub commençait à être plutôt plein et en fait si cet homme voulait retourné s'asseoir c'était assez difficile, surtout que deux chaises vacante gisaient près de moi et Mélo. Cela faisait quelques minutes déjà qu'il se tenait devant nous. Après tout il ne devait pas être le diable en personne et pourrait se révéler un allié ou encore un bon professeur pour Poudlard. Tant de questions et si peu de réponses.



- Non, faites moi plaisir et venez vous asseoir ici avec nous, il est normal que je sois prudent, avec tout ce qui se passe ces derniers temps, plusieurs peuvent vouloir la tête du directeur de la plus grande école de sorcellerie ! Ainsi, d'ou venez vous au juste ?!

* La pluie avait cessé, quelques rayons venaient se heurter dans les fenêtres du pub, ce qui mettaient les cheveux de Mélorine en valeur, je la regarda, elle était plutôt calme sans aucune réaction, une vrai infirmière sereine et avec une absence de panique, je me demandais ce qu'elle pensait de cet homme en fait, je pourrais le savoir mais je m'interdisais de rentrer dans les esprits de mes amis, par principe et respect. En fait, ce don était caché des gens, peu très peu le savait mais il se révélait très pratique face à diverses situations. Je repensais à Mélorine. *



- En fait, je crois que Mélorine à également aucun problème que vous veniez vous asseoir près de nous n'est-ce pas ?!

* En espérant qu'elle dise oui pour pas que l'on aille l'air à des sauvages...*

*****************************

~Même avec un miroir, je refuse de te partager~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélorine Dowel

avatar

✔ nombre de messages : 28
✔ date d'inscription : 30/07/2011
✔ âge : 33

MessageSujet: Re: Rencontre au hasard d'un café ..{FEAT Antoine Evans&Mélorine Dowel}   Dim 15 Jan - 9:47

Cette discutions commencer sur des bases assez tendues il me semble, mais je savais deja que le directeur etait un homme prudent. et c'est vrai que par les temps qu'il cours, il vaut mieux être sur ces gardes...

Pour autant, l'homme ne sembler en aucun cas menaçant, même très courtois, juste comme si une vielle querelle vibrai encore entre eux deux.

_ Je serai ravis que vous vous joigner a nous, dit-elle en souriant paisiblement

De nature très empathique, Melorine savait bien apaisait les tentions et sentais quand une situation tournée mal, elle espérait que cette discutions ne s'envenimerait pas, surtout qu'elle apprécier grandement le directeur, et ne voulais pas paraitre discourtoise envers cette homme.

elle lui tendit la main, avec un large sourire :
_Mélorine Dowel, nouvelle infirmiere de Poudlard dans quelques signatures j'espere; dit-elle en rendant un sourire au Directeur Evans

Le soleil lui caresse la nuque et les cheveux, la rechauffant un peu. elle decrafa sa cape pour pouvoir profiter du soleil qui se glissais sur son cou.Après avoir saluer le jeune homme encore debout a ces cotés, elle releva les manche de son pull et bu une gorger chaude de sa boisson.

*Apres la pluie, mes

Asphodèles devront être prêtes a être cueillit... *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas March

avatar

✔ nombre de messages : 140
✔ date d'inscription : 23/08/2011
ϟ baguette : bois de merisier - 24,5 cm - cheveu de Vélane

MessageSujet: Re: Rencontre au hasard d'un café ..{FEAT Antoine Evans&Mélorine Dowel}   Dim 25 Mar - 13:27

Tu souriais autant que possible, tu ne voulais pas que ce soit tendu dans un café aussi mignon. Et puis les demoiselles se sentiraient en danger si la moindre inconvenance se faisait voir. Le soleil lançait en plus quelques rayons à travers la vitre principale et tu pris le temps de te réchauffer à ceux-ci. Mais le jeune directeur venait de te proposer de t'asseoir à leur table, et après avoir tenu aussi longue conversation sans problème, tu ne pouvais refuser cette délicieuse proposition. Délicieuse, car la demoiselle à cette table était tout à fait charmante, et tu lui souris tendrement quand celle-ci te tendit la main pour se présenter officiellement comme étant la prochaine infirmière de Poudlard.

"Enchanté Mademoiselle Dowel." lui répondis-tu en lui baisant la main délicatement. "Pour ma part je suis le professeur Thomas March." dis-tu avec un large sourire et en lâchant la main de Mélorine Dowel. " Je ne suis pas un professeur de Poudlard, Heureusement pour moi ! " ajoutas-tu avec dédain." Je suis un professeur en énigmes et à mes heures perdues, un archéologue de renom." finis-tu par dire en buvant une gorgée de ta boisson chaude.

Tu pris confortablement place sur une chaise bleue aux côtés du directeur, encore un peu sceptique. C'était normal après tout, un inconnu entre dans un bar et s'incruste dans votre rendez-vous galant. C'était sûrement gênant pour Evans. Mais ça te faisait bien rire de le voir se crisper à chacun de tes mouvements. Et voici qu'il se mettait à te poser des questions pour en connaître un peu plus sur toi et sur tes activités. C'était à prévoir de toute façon, comme le soleil qui vient après la pluie. Tu l'écoutais te demander d'où est-ce que tu venais et tu hésitais à répondre que tu venais du ventre de ta pauvre mère, qui avait dû bien souffrir avec la tête imposante que tu possèdais et qui allait te permettre d'avoir une intelligence hors du commun. . . Non, rien de tout ça.


"Je suis d'un quartier résidentiel de Londres, qui en ce moment même subit de sacré dégâts causés par ces.. de Hooligans !" dis-tu un peu fâché, mais en gardant le sourire. " Pour en savoir plus sur moi, vous devriez lire plus souvent les journaux, monsieur le Directeur." ajoutas-tu, un sourire narquois sur les lèvres, lui donnant un journal que tu avais trouvé sur une autre table.

En gros titre, ton dernier exploit :




*****************************


Invité , laisse moi te poser une question...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine Evans
Antoine ♦Directeur de Poudlard♦
avatar

✔ nombre de messages : 181
✔ date d'inscription : 25/07/2011
✔ âge : 35
ϟ baguette : /

MessageSujet: Re: Rencontre au hasard d'un café ..{FEAT Antoine Evans&Mélorine Dowel}   Sam 25 Aoû - 17:43

* Je regardais Thomas et Mélorine faire leurs présentations. Étrangement, Thomas avait l'air charmant, un baiser sur la main, il exagérait pas un peu quand même ? Mais bon, je me contenta de faire de petits sourires sincère pour l'occasion. Je changea de face au là je ne pouvais sourire et encore moins rien dire ! *

- Je ne comprends pas le heureusement pour moi, avez vous quelque chose contre Poudlard ou encore contre moi ?

* On allait avoir le coeur net après tout, je ne me laisserai pas marché sur les pieds par un vulgaire professeur d’énigme. Thomas était... Vraiment pas compatible avec moi tant amour que ami. Cet homme était vraiment un vantard et surement le pire des égoïste. Le journal montrait Thomas qui avait découvert des pyramides Mayas... Vraiment ce n'était pas très pertinent tout ça, autant bien me montrer un chien qui dance, ce serait plus attrayant... *

- En fait, je lis souvent le journal... Mais pas les articles qui ne m'intéresse pas, après tout, que vont changé ces temples Mayas à part peut-être retracer un peu l'histoire. Disons que pour l'instant je m'informe plus des blessés, des victimes et bien sur des morts qui débordent de nos rues et poubelles...

* J'espérais ne pas trop l'avoir brusqué. Après tout je ne voulais pas causé de conflit la première journée, comme ce serait dommage... *

- D'autre en plus que Poudlard se doit de tenir debout malgré cette guerre donc vos activités d'archéologue ne m'intéresse pas vraiment... Mais peut-être qu'à ma retraite là je vais trouver ça... Intéressent...

* Je regardais Mélorine qui avait l'air un peu perdue dans toutes cette conversation, je rejetta un coup d'oeil vers Thomas pour continuer la discussion *

- Et vous, Mélorine que pensez-vous des exploits de notre charmant...ami...

*****************************

~Même avec un miroir, je refuse de te partager~

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas March

avatar

✔ nombre de messages : 140
✔ date d'inscription : 23/08/2011
ϟ baguette : bois de merisier - 24,5 cm - cheveu de Vélane

MessageSujet: Re: Rencontre au hasard d'un café ..{FEAT Antoine Evans&Mélorine Dowel}   Dim 26 Aoû - 20:50

Tu reposas ton dos contre le dossier de la chaise, tu voulais parler mais tu ne pouvais pas t'empêcher de penser à pleins de choses à la fois. Si tu avais quelque chose contre Poudlard ou son directeur ? C'était une bonne question de la part de ton interlocuteur masculin. Bien sûr que tu détestais cette école parce qu'elle t'avait bousillé ton enfance et t'avait obligé à grandir plus vite pour ne pas finir écraser par les autres. Mais contre le directeur, rien. C'était plutôt une sorte d'enquête que tu faisais sur lui, inconsciemment. Tu savais bien qu'il avait quelque chose de louche, mais sans pouvoir mettre les mots dessus. C'était évident, mais en cherchant, ne risquerais-tu pas de te mettre en danger ? A dire vrai, tu adorais ça, plus que les énigmes peut être bien.

" Poudlard n'a pas été un très bon moment dans ma vie je vous l'accorde, monsieur le directeur " avouas-tu avec délicatesse. " C'est pourquoi y devenir professeur m'aurait rappeler de mauvais souvenirs " finis-tu par dire avec un sourire mélancolique. " Peut être que pour vous, c'était les meilleures années de votre vie, vous aviez sûrement des amis, des bonnes notes et une petite amie " dis-tu en levant le regard vers Mélorine. " Mais pour moi c'était totalement différent... Oh bien sûr, je ne souhaite pas inspirer de la pitié, juste vous faire comprendre pourquoi je déteste cette école " ajoutas-tu avec un léger sourire.

Tu pouvais voir au regard d'Evans qu'il se fichait éperdument de ta réussite en tant qu'archeologue mais c'était amusant pour toi de le voir faire quelques grimaces. Tu te doutais qu'il te prenait pour le pire des prétentieux à lui lancer ton article ainsi sous le nez, mais tu voulais faire mouche, quitte à te faire passer pour ce que tu n'es pas. Après tout, on se souvient toujours des personnes qu'on apprécie le moins. Evans ajouta que les découvertes de la sorte ne l'interessaient pas, qu'il préférait s'occuper des cadavres errants. C'était tout en son honneur de vouloir venir en aide à la population, mais tu ne voyais pas vraiment quand est-ce qu'il s'en occupait, lui qui ne vivait pas sur Londres. Alors que toi, les victimes venaient s'effondrer sur la vitre de ton salon et tes poubelles servaient d'armes pour les sorciers d'organisations douteuses.

" Quelles sont vos actions ? Dites moi, directeur, est-ce que vous faites autre chose que de vous informer sur ces pauvres gens ? " lui demandas-tu cette fois en te raprochant de lui. " Je veux bien avouer que les temples Mayas n'ont que peu d'intérêt avec tout ce qui se passe, mais les gens vivent dans cette stupide guerre, et je pense qu'ils préfèrent penser à autre chose en lisant leur journal. De plus, moi je les aide " dis-tu en regardant par la baie vitrée du café. " Chaque jour, je vis cette guerre avec eux, alors que vous, vous restez à Poudlard, cloîtrer entre ses remparts, bien protégé. Poudlard tiendra toujours debout, mais il sera bientôt vidé de ses élèves parce qu'ils seront morts... " dis-tu en serrant le poing. " Je ne vous accable pas de tous les maux bien entendu, mais ne critiquez pas ce que je fais " grognas-tu en lançant le journal sur une autre table vide.

C'était certain, tu avais du mal à t'entendre avec cet homme, mais c'était surtout parce que tu ne le comprenais pas. Il faisait des remarques désobligeantes sur ton travail, et tu ne le supportais pas. Tu ne voulais pas passer pour l'ignorant de service, celui qui se fiche que les gens meurent, qu'ils souffrent, parce que ce n'était pas le cas. Tu ne supportais pas l'idée de rester les bras croisés, mais le directeur ne semblait pas comprendre non plus qui tu étais et comment tu fonctionnais. Tu plongeas ton regard dans celui d'Evans, tu essayais de résoudre l'énigme de son âme, s'il en avait une. Le voyant détourner le regard, tu lui souris et rigolas un peu. Ce directeur n'était vraiment pas quelqu'un d'ordinaire...

"Oui, Mlle Dowel, que pensez-vous de moi ? Suis-je trop énervant, prétentieux ? Votre patron ou futur patron semble ne pas m'aimer beaucoup, c'est dommage " avouas-tu avec un sourire pour Mélorine. "Je suis un garçon plein de bonnes attentions." finis-tu par avouer en tournant ton visage vers Evans. " En même temps, pour vous, je suis encore un inconnu, mais sachez Monsier, que c'est mauvais de juger les gens sans les connaître ! " dis-tu en rigolant.

*****************************


Invité , laisse moi te poser une question...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre au hasard d'un café ..{FEAT Antoine Evans&Mélorine Dowel}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre au hasard d'un café ..{FEAT Antoine Evans&Mélorine Dowel}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Relation compliquée ▪▪ Chris Wheeler ▪▪ Feat Luke Evans
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Evans Paul dans la tourmente: les deputés parlent...
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» 7 mois après la disparition de Lovensky Pierre-Antoine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Time-turner-1914  :: Londres :: Chemin de Traverse-
Sauter vers: