Time-turner-1914
Bienvenue sur Time Turner 1914. Le forum vient d'ouvrir ses portes, n'attendez plus pour vous inscrire !



 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenu sur TIME-TURNER 1914, Inscrivez-vous pour du plaisir assuré !!

Partagez | 
 

 Une rencontre accidentelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thomas March

avatar

✔ nombre de messages : 140
✔ date d'inscription : 23/08/2011
ϟ baguette : bois de merisier - 24,5 cm - cheveu de Vélane

MessageSujet: Une rencontre accidentelle   Mar 20 Déc - 13:12


J’étais demain et je serai hier.

Qui suis-je ?



Tu n'aurais jamais cru te retrouver au Ministère de la magie par un si beau dimanche. Il y avait plusieurs choses que tu n'aimais pas faire un dimanche. Déjà, te lever tôt ! Tu aimais bien dormir au moins jusqu'à onze heures du matin le dimanche. Tu n'aimais pas non plus recevoir de la visite de client, car c'était ton seul jour de vrai repos, et qu'ils avaient toute la semaine pour faire appel à toi. Bon, bien sûr, tu ne refusais jamais une affaire urgente mais ça te déplaisait vraiment de la faire un dimanche. Mais le pire qu'il puisse t'arriver un dimanche matin, c'est d'être témoin d'un accident à travers les vitres de chez toi et de devoir aller témoigner au Ministère de la Magie.

Là bas, il n'y avait que des personnes hypocrites et en soif de pouvoir, c'est pourquoi tu n'aimais pas particulièrement y mettre les pieds. Mais le courrier était formel, si tu t'abstenais de te rendre au Ministère, ils viendraient te chercher par la "force", et ça c'était pire que tout... La dernière fois, qu'ils étaient venus par la force, ils avaient presque brûler toute ta maison et briser toutes les vitres, donc PLUS JAMAIS ! Comme tu n'avais pas de cheminée, car tu trovais ça un peu trop polluant pour ton espace vital, tu avais dû aller à la fameuse cabine téléphonique, qui te permettait d'accéder directement au Ministère.

La convocation disait " 3 heure PM précise, au troisième étage : Département des accidents et catastrophes magiques." . Quelle idée, ils auraient très bien pu mettre cet accident au Deuxième étage pour la Justice magique. Mais à ton avis, ils ne savaient pas vraiment ce qu'il s'était passé. Tu avançais d'un pas décidé entre les personnes du Ministère. Rien n'avait changé depuis ta dernière visite, c'était juste un peu plus agité et angoissant. Les murs sombres reflétaient ton image, mais tu décelais parmi leur reflet, des symboles amusants qui te permettait quelques petites enigmes.



Sans vraiment regarder où tu allais, tu percutas un vieille personne, qui tomba de toute sa masse. Tu t'excusas très rapidement et l'aidas à se relever. Tout le monde s'était arrêter pour te voir te ridiculiser. Tu détournas le regard de la foule et tu partis vers les ascenseurs un peu plus loin pour te rendre au troisième étage. Personne ne monta en ta compagnie, et pendant que l'ascenseur allait à sa destination, tu t'adossas au mur et tu soufflas longuement, levant les yeux au ciel, ou plutôt au plafond de l'ascenceur un peu crasseux.

"Troisième étage : Département des accidents et catastrophes magiques." annoncée la voix de l'ascenseur. Te voilà enfin arrivé, les portes s'ouvrirent et tu avanças dans le couloir ténébreux. Il n'y avait rien de rassurant sur quoi te raccocher, tu déglutinas et remis une mèche de cheveux en arrière. Tu reserras ta cravate, un peu leste à ton goût, et tu frappas au bureau principal du département. Après une longue attente, la secrétaire, que tu n'avais pas encore vu, te demandas de t'assoir dans un fauteuil qui venait d'apparaître.

Un peu plus stressé, tu fis ce qu'elle te dit et attendis. Après une demi-heure d'attente, la porte du bureau s'ouvrit. Tu regardas la secrétaire qui te fit signe d'entrer dans le bureau. Un peu hésitant, tu te levas du siège sur lequel tu étais assis et t'avanças vers le bureau. A l'intérieur, un vieillard t'attendait, c'était sûrement le ministre du Département. Tu le saluas brièvement et tu t'assis après que le ministre t'est montré le fauteuil. Il était vraiment laid, tu t'étonnas de le voir orné de bijoux plus précieux les uns des autres. Ces personnes te dégoûtaient, il n'y avait donc que des personnes avides dans ce ministère...



" Monsieur... March ? " te demanda-t-il, avant que tu n'aquiesce. " Vous savez pourquoi vous êtes ici, n'est-ce pas ?" ajouta-t-il en se délectant de chaque syllable.

"A vrai dire Monsieur, j'ai quelques doutes sur ma présence ici et..."

Même pas le temps de finir ta phrase, une personne rentra dans le bureau. Un peu outré par cela, tu décidas de te retrouner pour voir qui t'avait coupé dans ton élan. Mais toute la haine disparue, quand tu te rendas compte qu'il s'agissait d'une jeune femme. Une jeune femme en retard quand même... Tu lui souris alors s'en t'en rendre compte...


Je suis aujourd'hui.

*****************************


Invité , laisse moi te poser une question...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily-Rose Hasting

avatar

✔ nombre de messages : 206
✔ date d'inscription : 27/07/2011

MessageSujet: Re: Une rencontre accidentelle   Mer 21 Déc - 18:29

    Lily-Rose était une sorcière et ce fait était irrévocable. Mais depuis son installation – seule- dans sa grande maison Londonienne, elle avait plutôt adopté une vie moldue et c’était une nouvelle qui avait eu le don de réjouir sa mère. Un jour, alors qu’elle l’avait appelée avec un téléphone (objet moldu) – que Rose possède également chez elle – elle avait poussé des exclamations de joie à l’autre bout du combiné en déclarant : « Je suis fière de toi ma fille, tu es revenue dans le droit chemin ! ». Lily riait à l’autre bout du fil et s’évertuait à contester : « Non non maman, ça ne veut pas dire que je renonce à utiliser mes pouvoirs c’est juste que.. ». Celle-ci s’arrêta, interrompue par sa mère : « Ah, si seulement ton frère était comme toi.. Mais ce n’est pas en fréquentant cette… cette sor … cette sorcière que ça va s’arranger ». On aurait dit que prononcer ce mot avait été un aussi grand supplice que si on la torturait mais Rose ne relevait même plus ce genre de choses, elle était trop habituée. Peut-être qu’un jour, sa maman comprendrait… Du moins, elle l’espérait. Mais en attendant, une chose est sûre c’est que lorsque tout ceci sera terminé, ça mère tombera de très, très haut en apprenant que Lily retourne dans son ancienne maison et à côtoyer plus de sorciers !

    Cet épisode-là passé, nous en étions donc aux « nouvelles habitudes moldues » prises par Lily. Celle-ci, comme tous les dimanches, s’était levée de bonne heure ; ni trop tôt, ni trop tard, pour se rendre au marché. Elle trouvait ça beaucoup plus sympathique à faire que de se rendre dans n’importe quelle boutique en dépit des différents risques que cela engageait à cause de la « guerre » mais elle avait décidé de ne pas s’arrêter de vivre pour autant. Ce marché avait lieu dans différentes rues à travers le centre de Londres et c’était donc une balade fortement agréable. Mais, il fallait s’en douter ; rien ne se passe jamais comme prévu. Un incident se déroula sous les yeux de la jeune blonde qui n’eut pas la possibilité de tenter quoi que ce soit à cause du nombre de moldus présents dans la foule, mais aussi par la rapidité avec laquelle les évènements se sont produits. Néanmoins, il fallait s’y attendre, le ministère apprit qu’elle se trouvait sur les lieux et elle était à peine rentrée chez elle qu’un hibou entrait par la fenêtre et lui apportait sa convocation. Au départ, elle ne comptait pas y aller, tout simplement car elle détestait cet endroit rempli de personnes fausses et que leurs idées ne collaient pas réellement avec son clan, si on peut appeler ça comme ça. Mais après mûre réflexion, ne voulant pas faire d’esclandre, elle accepta de s’y rendre même si ça n’était pas de gaieté de cœur.

    Le trajet fut rapide, car elle connaissait plutôt bien les lieux. En effet, ce n’était pas la première fois qu’elle venait. Mais durant ce trajet aucun sourire échangé. Ceux qui connaissent bien Lily trouveraient cela étrange de la voir réagir comme ça car elle a toujours été quelqu’un de souriant, rigolote et agréable. Mais depuis le début de cette affaire à Londres, elle a appris à porter son masque de « reine des glaces » afin de ne rien laisser passer. Par ces temps, mieux valait se méfier de tout et de bien connaitre la personne avant de lui donner sa confiance et de lui montrer qui est la « vraie Lily-Rose ».

    La secrétaire la conduisit jusqu’à la porte en ne lui manquant pas de lui signaler que le ministre de ce département attendait depuis quelques minutes et que Rose était la dernière arrivée. Elle la laissa seule frapper à la porte et se débrouiller, livrée à elle-même. Rose poussa la porte et adressa un faible sourire poli au ministre. Elle s’attendait à voir plusieurs personnes mais apparemment, seuls deux sorciers (elle inclut) avaient assisté à la scène. L’autre témoin assis en face du ministre était un homme jeune, vêtu chiquement et qui affichait sur son visage une moue défaite, qui disait toute seule : « Quand est-ce que je pourrais enfin partir ? » puis, il sourit à la petite blonde. Celle-ci lui rendit son sourire sans beaucoup d’entrain pour autant ; qui était cet homme ? Le ministre prit la parole et s’adressa à elle d’une voix rauque :

    « - Mademoiselle Hasting.. »

    Lily hocha brièvement la tête et répondit simplement d’un ton clair et neutre « Bonjour monsieur le ministre. » tout en fermant la porte derrière elle. Ce vieux monsieur grisonnant l’invita à prendre place à côté du siège occupé par l’homme, ce qu’elle fit. Puis, sans savoir si le ministre et l’homme étaient occupés dans une conversation, elle croisa les jambes et s’adressa, toujours sur le même ton qu’elle voulait quand même poli, au ministre.

    « - Encore une agression sur un moldu… Combien d’innocents vont encore souffrir à cause du monde magique ? »

*****************************


Pour rester soi-même dans un monde qui s’évertue jour et nuit à vous rendre comme n’importe qui, il faut gagner la plus rude bataille qu’un humain puisse livrer, et cette bataille n’a pas de fin. E.E. CUMMINGS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas March

avatar

✔ nombre de messages : 140
✔ date d'inscription : 23/08/2011
ϟ baguette : bois de merisier - 24,5 cm - cheveu de Vélane

MessageSujet: Re: Une rencontre accidentelle   Mer 28 Déc - 0:47

Tu n'avais jamais été aussi désappointé. Tu ne t'attendais pas à qu'une jeune femme entre dans le bureau du ministre, en pleine discussion, et qu'elle s'amuse à interrompre ce que tu étais en train d'énoncer. Cela aurait été déplaisant s'il n'y avait pas eu ce léger sourire que la jeune femme t'avait adressé. Le ministre ne savait plus comment trouver ses mots pour répondre à la phrase pertinente de la demoiselle. A croire qu'il était ignorant des abominations qu'il se passe dans les rues voisines au Ministère.

De toute façon, tu ne pensais pas être là pour arranger la situation, au contraire, tu étais sûrement là pour inculper un innocent reconnu coupable par le ministre lui-même. Tu n'aimais vraiment pas ce gouvernement sorcier, tu n'as jamais été très politique bien que tu connaisses chacune des têtes de ce Ministère. Après tout, par moment il t'arrivait de t'allier aux Aurores pour résoudre quelques énigmes existentielles et ainsi déterrer des trésors cachés en toutes légalités et reconnaissance.

Ton nom avait été parfois nommé lors d'actualités de presse. Tu étais "l'Explorateur énigmatique" ou encore "le Professeur Mystère"... Bien entendu, tous ces surnoms ne reflétaient que l'aspect médiatique de tes recherches. Tu n'étais qu'un simple professeur en Enigmes, archéologue durant ton temps libre, et tu parcourais le monde à la découverte d'objets insolites.

Mais malgré tout cela, tu restais un gentleman qui aimait les moindres choses de la vie comme une délicieuse tasse de thé en plein milieu de l'après-midi. Tu aimais passer du temps plongé dans des livres.

Parfois, quand tu étais à ton bureau à l'université moldue, il y avait Rosa, qui s'occupait de ranger un peu ton désordre et te faire une succulente tasse de thé régénératrice. Rosa n'était pas du tout une sorcière, elle ne connaissait rien à la magie et tu préférais la préserver de cette chose... Non pas que tu détestais la magie, mais, va-t-on dire, que tu as quelques réticences à l'utiliser.

Par contre, tu savais très bien te défendre, et il ne valait mieux pas t'énerver véritablement. Bien qu'en tant que gentleman, tu devais savoir garder ton sang froid dans n'importe quelle situation. Et c'est exactement ce que tu devais avoir en ce moment même, du sang froid et un peu de savoir-faire.

"Monsieur ... Mlle Hasting a raison. C'est impossible de continuer de fermer les yeux sur les horreurs qui se passent dans nos rues de Londres. Rien que la raison de notre présence, le démontre."

Tu ne pensais pas vraiment changer les choses en énonçant ce genre d'argument, mais tu souhaitais appuyer l'avis de la demoiselle, car elle avait eu l'audace de lancer le sujet sans attendre qu'on le lui demande. Mais le ministre avait une mine déconfite, comme si on lui avait parlé avec un autre langage. Il cherchait ses mots en posant son regard un peu partout dans la pièce. Il ne trouvait pas d’inspiration autour de lui pour répondre à vos questions, c’était malheureux de le voir aussi désarmé.

"Monsieur … je ne veux pas vous mettre la pression, mais j’aimerai si possible partir de là le plus tôt possible, vous comprenez ?"

"Mademoiselle Hasting et Monsieur March, je suis au regret de vous annoncer que la journée va être longue pour nous tous. De plus, en ce qui concerne les problèmes des rues, les aurores s’en chargent, n’ayez crainte. L’accident d’aujourd’hui en est un parmi tant d’autre, et pour une fois, nous allons pouvoir arrêter les coupables en récoltant vos précieux témoignages."

C’était misérable, pire même, honteux. Tu te sentais dégoûté de rester là à écouter les paroles d’un homme aussi malhonnête. Tu le voyais aux dorures qu’ils conservaient précieusement à ses doigts, que cet homme-là avait sûrement déjà reçu de nombreux pot de vin pour relâcher des personnes dangereuses dans les rues londoniennes.

Tu le regardais, tu attendais, un long silence s’installait. Tu te demandais alors ce que tu faisais là, tu aurais mieux fait d’attendre qu’on vienne te chercher de force chez toi et de pouvoir mettre une bonne claque à ce ministre si ridicule. Mais un gentleman sait garder son sang-froid, et donc toi aussi. Tu ne voulais pas froisser la délicate demoiselle qui était assise près de toi.

Alors, tu te levas du fauteuil dans lequel tu étais assis et tu fis le tour de la pièce au ralenti.

"Quelle méprise… vos aurores ne sont pas mieux que les malfrats qui traînent en ville." ajoutas-tu en tournant le dos au ministre, trifouillant quelques babioles sur les étagères." Mon témoignage, vous êtes sûrement déjà au courant, va porter sur l’inculpation du ministère dans le meurtre de jeune moldus innocents et ignorants à la magie."

Tu te retournas vers eux et tu leur adressas un large sourire.

"Mademoiselle Hasting, veuillez m’excuser de tant d’impolitesse, mais je crois que notre ministre est un homme corrompu …. "dis-tu en adressant un clin d’œil au vieux ministre.

*****************************


Invité , laisse moi te poser une question...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily-Rose Hasting

avatar

✔ nombre de messages : 206
✔ date d'inscription : 27/07/2011

MessageSujet: Re: Une rencontre accidentelle   Dim 15 Jan - 15:54

    « Monsieur March »… Ce nom rappelait étrangement quelque chose à Lily-Rose. Elle avait déjà entendu parler de lui mais elle ignorait dans quelles circonstances. Elle farfouillait les moindres recoins de sa mémoire, frustrée car elle détestait ne pas se rappeler de quelque chose. Mais le jeune homme appelé March l’obligea à revenir dans le moment présent et la tira de ses pensées car il reprit la parole. Rose l’écoutait attentivement et appréciait la manière dont il partageait ses arguments et sa façon de penser. On aurait pu croire qu’il parlait du menu du jour dans un restaurant alors que nous parlions bien d’un sujet grave et important. Il était respectueux dans ses propos qui étaient néanmoins lourds de sens et faisaient réfléchir. D’ailleurs, elle ne put s’empêcher de sourire à certains moments, étant ravie de savoir que l’homme se joignait à son avis. Le ministre, lui, ne savait plus où se mettre et recherchait désespérément un point auquel se raccrocher. C’est pourquoi, après la réponse du jeune homme, il sauta sur l’occasion pour placer le fait que les aurors veillaient dans les rues, comme pour se rassurer lui-même, se prouver qu’il contrôlait les choses. Mais toutes les personnes présentes dans la pièce savaient que tout échappait au contrôle du ministère qui, lui, préférait fermer les yeux.

    La réflexion de monsieur March au sujet des aurors fit sourire Lily. Après tout, que faisaient-ils lorsque l’incident a eu lieu plus tôt dans la journée ? Ce fait montrait bien qu’on ne pouvait pas faire confiance au ministère et à ces soi-disant aurors. Le problème était que le ministère restait puissant et personne n’osait dire quoi que ce soit, par crainte. Le jeune homme avait raison, le ministre était corrompu. La petite blonde réprima son sourire et se tourna vers le ministre, histoire de paraître tout de même sérieuse. En effet, mieux valait en arriver au but le plus rapidement possible car Rose aussi désirait passer le moins de temps possible dans cet endroit.

    « - Monsieur le ministre, veuillez m’excuser, mais, vous vous en doutez, mon avis rejoint les propos de monsieur March. Vos pots de vin laissent peut-être votre image intacte aux yeux des sorciers, mais pas votre conscience. »

    Elle se leva et rejoignit l’endroit où se tenait cet homme qu’elle venait à peine de rencontrer, comme pour montrer au ministre où se trouvait le côté, le « camp » qu’elle avait choisi. Le ministre devait s’en douter, ce n’était pas comme si il ne l’avait jamais rencontrée, mais certaines vérités sont parfois dures à entendre et surtout à admettre. En effet, ses mains tiraient nerveusement sur ses vêtements et il bafouillait quelques mots incompréhensifs. Rose jeta un coup d’œil au jeune homme à ses côtés, comme pour voir comment il réagissait. Elle avait un peu pitié et s’en voulait de faire ça à cet homme dégarni et affaibli, mais en se rappelant qu’il vaut mieux se méfier des apparences, elle se ressaisit et parcourut la pièce en parlant, comme l’avait fait le dénommé March quelques minutes auparavant.

    « - Eh bien, même si vous savez déjà en quoi consisteront nos témoignages, qu’attendons-nous pour commencer ? Lorsque je suis ici, je ne peux pas accomplir dehors le travail que vos aurors sont censés faire. »

    En effet, Lily-Rose avait pris l’habitude depuis le début des attaques de sortir toujours accompagnée de sa fidèle baguette magiques lors de ces sorties et de veiller au grain. Elle essayait aussi de sortir plus que nécessaire, faisant plusieurs sortes de rondes sur sa journée et se rendant à certains évènements publics qui attendaient bon nombre de gens. La foule, c’est exactement ce que recherchaient les gens accomplissant ces attentats et bien que Lily ne soit qu’une fille, elle était douée et savait vraiment bien se défendre. Alors plutôt que d’attendre bêtement chez elle, elle préférait se rendre utile et utiliser son savoir-faire au service des autres.

    Le ministre savait qu'elle n'était pas seule à faire cela. Il savait aussi que si Lily ou quelqu'un d'autre arrivait à arrêter quelqu'un ou stopper quelque chose, il réussirait à s'arranger pour que ça paraisse comme si tout cela était grâce au minstère et à son organisation. Cela donnerait une si bonne image d'eux au yeux des gens malheureusement trop naïfs, que Lily n'avait pas d'appréhension en confiant ses activités au vieil homme car il savait qu'il ne ferait rien pour l'en empêcher.

*****************************


Pour rester soi-même dans un monde qui s’évertue jour et nuit à vous rendre comme n’importe qui, il faut gagner la plus rude bataille qu’un humain puisse livrer, et cette bataille n’a pas de fin. E.E. CUMMINGS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas March

avatar

✔ nombre de messages : 140
✔ date d'inscription : 23/08/2011
ϟ baguette : bois de merisier - 24,5 cm - cheveu de Vélane

MessageSujet: Re: Une rencontre accidentelle   Mar 8 Mai - 16:44

Tout ce que tu souhaitais, c'était que le ministre finisse par dénoncer sa propre implication dans les meurtres survenus ce mois-ci. Mais il ne fallait pas trop rêver, un homme de sa posture n'allait pas se confier au premier venu. Mais rien que sur son visage on pouvait lire de la panique, de la peur, sans faire trop d'effort.. Hasting s'était levé pour te rejoindre, un peu comme si à vous deux, vous formiez un camp contre le Ministre. C'était rare les fois où d'autres personnes s'accordaient à tes idées, très rares même... Tu dénonçais et souvent on te prenait pour un illuminer. Encore heureux que la réputation de Professeur donnait une meilleure image de toi. La jeune femme près de toi se tourna alors vers toi et tu lui glissas un léger sourire, pour lui faire comprendre qu'elle était sur la bonne voie avec ses propos et qu'il ne fallait pas avoir pitié de l'homme qui se tenait en face de vous. Tu ne voulais pas interrompre la demoiselle, qui se mit à se déplacer dans la petite pièce comme tu t'étais amusé à le faire juste avant pour déstabiliser votre "adversaire". Le Ministre se sentait défaillir, ça se voyait à ses mains moites et à son regard fuyant. Le pauvre homme n'avait pas prévu dans sa matinée d'être confronté à deux dictateurs de la bonne parole, capable de tenir face aux pressions les plus lourdes, ou du moins toi tu le pouvais...

Être debout te fatiguer et en prenant soin de regarder dans les yeux de Hasting, tu pris place sur une chaise devant le bureau. Elle avait quelque chose dans ses dires qui la distinguait des autres femmes que tu avais pu rencontrer jusqu'à maintenant, peut être bien une ressemblance avec ta personne... Tu baissas les yeux et souris, rejoignant sur ta poitrine tes mains et en t'affaissant sur la chaise. Tu réfléchissais encore à ce que tu allais pouvoir ajouter pour enfoncer encore le clou dans le coeur de ce misérable ministre; Il reprit d'ailleurs la parole pour justifier ses pots de vin par le fait que c'était son travail de "convenir aux convenances". Pour toi, ça sonnait comme une phrase déjà toute faite, combien de fois l'avait-il sortie aujourd'hui. De dire que c'était pour son travail qu'il agissait comme un crétin.

« Je ne sais pas si je dois continuer à vous parler ou tout simplement vous casser la figure, Monsieur le Ministre. » ajoutas-tu de la manière la plus naturelle possible. « Je ne suis vraiment pas quelqu'un de violent et encore moins quelqu'un de vulgaire, mais pour vous je ferais l'effort de le devenir...» finis-tu par dire en souriant.

Tu observais la jeune femme et tu espérais qu'elle ne soit pas choqué par ton comportement soudainement hautain. Tu ne voulais pas paraître comme un rustre mais il y avait certaine limite à ta gentillesse et à ta politesse. Ça te rappelait alors la fois où tu avais lancé une tasse à la figure d'un Aurore simplement parce qu'il te répugnait en mangeant. Bon, ce n'était pas une très glorieuse anecdote , mais dans le fond elle était plutôt drôle et tu souris en y repensant. Le ministre nous demanda alors de nous calmer et de simplement déposer notre témoignage pour l'accident survenu ce matin. Que répondre à ça, à part qu'il pouvait aller se faire voir chez les hypogriffes... Ton calme, il fallait que tu le récupères et que tu respires, sinon les objets sur le bureau du ministre allaient commencer à valser à travers la pièce.

« Allons Allons, nos témoignages... Hum J'ai vu un homme, baguette à la main, menaçant plusieurs moldus. » commenças-tu par dire. « Et c'est à ce moment là que... VOS Aurores se sont décidés à fuir devant la difficulté de la situation.. » ajoutas-tu en gardant un calme olympique. « Alors, je ne sais pas qui accusé ?! L'homme à la baguette ou bien des Aurores fuyards ?! »

Le ton que tu avais pris était celui de l'énervement, car ça t'énervait franchement d'être témoin d'un tel acte de lâcheté. Tu détestais être l'observateur de ces scènes où rien ne se passe comme ça devrait se passer. Tu n'aurais jamais cru que le Ministère engagerait des "poules mouillées" comme Aurore. Tu étais certain de faire bien mieux que si tu devais défendre le peuple de Londres. Mais tu n'avais rien d'un soldat ou d'un héros, bien au contraire, tu étais plutôt un anti-héros, cloîtrer chez toi, attendant qu'un idiot de plus casse ta vitre. Tu refusais de rester assis une seconde de plus, tu te levas et céda ta place à Hasting pour qu'elle puisse témoigner de son point de vue, tout aussi important que le tien.

Avait-elle dit qu'elle s'occupait de faire le travail des Aurores à l'extérieur de ce Ministère ? Elle était donc de ces sorciers qui pensaient pouvoir tout résoudre de eux-mêmes. Elle et toi étiez finalement bien différent. Tu détestais toute organisation, aussi sainte soit-elle. Et tu te demandais si la demoiselle près de toi faisait partie de l'une d'elle pour dire qu'elle faisait le travail des Aurores... Tu l'observas alors un moment. Elle semblait douce, sur le point de s'énerver, mais rien sur elle ne désignait l'appartenance à une seule organisation... Tu lui demanderas en sortant de cet endroit. En attendant tu voulais écouter son témoignage et partir le plus vite possible loin de ce bureau ...

*****************************


Invité , laisse moi te poser une question...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une rencontre accidentelle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une rencontre accidentelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Colision accidentelle (pv Katherine)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Time-turner-1914  :: Londres :: Ministère de la Magie :: Troisième Étage-
Sauter vers: